Assurance Vie

Succession, transmission du patrimoine.

C’est un « mode de détention » spécifique d’actifs financiers.

Cela signifie qu’il s’agit d’un placement financier, identique à un placement d’épargne, où le souscripteur va se constituer un capital par un ou plusieurs versements, investis sur un ou plusieurs supports financiers choisis :

  • le placement, la rémunération : l’assurance-vie fonctionne comme un compte de placement, avec parfois un taux minimum garanti, mais toujours une « capitalisation » des bénéfices : il n’y a pas de revenu distribué, mais simplement la valeur du compte qui évolue d’années en années.
  • la vie ou le décès : tant que le souscripteur   reste en vie, il peut profiter du capital acquis sur son compte (voir : retraits et avances), et cela dans le cadre d’une fiscalité particulière, et avantageuse. Mais surtout, en cas de décès de l’assuré  , il est possible pour les bénéficiaires de percevoir les sommes en compte sans avoir de droits de succession à payer.

L’idéal est d’opter pour un contrat « MULTI-SUPPORTS », mais également « MULTI-GESTIONNAIRES », pour bénéficier d’un placement évolutif et ouvert à la plupart des sociétés de gestion d ‘actifs. Le titulaire pourra alors procéder à des arbitrages à l’intérieur d’un même contrat plutôt que de devoir résilier et re-souscrire un nouveau contrat ultérieurement.

La fiscalité du contrat d’assurance-vie est avantageuse, tant sur le plan de l’imposition des revenus des placements (durée du contrat supérieure à 8 ans), que pour l’exonération des droits de succession jusqu’à 152 500 € par bénéficiaire.